fbpx

Pendant mes 25 premières années, j’ai cru que la vie était un parcours linéaire et que si j’avais loupé l’étape 1 ou l’étape 16, alors j’avancerai avec un handicap que je ne pourrai jamais rattraper.

Et puis avec la maturité et en regardant certains épisodes incohérents en apparence, ou bien honteux ou encore douloureux, j’ai commencé à comprendre que quoi qu’il arrive, mon inconscient me mettait dans des situations qui m’obligeaient à vivre ce que je croyais avoir manqué pour toujours. Même si l’expérience devait être « négative ».

Et alors, cette prise de conscience qui a d’abord émergé à cause de l’inconfort ou de la douleur, s’est peu à peu élargie à d’autres expériences plus «positives ». Notamment avec la découverte du fonctionnement des apprentissages chez l’être humain. Une découverte liée à la naissance de mon fils, mais aussi grâce aux compétences et des déconstructions que nous avons dû opérer avec mon mari pour l’accompagner avec l’instruction en famille (IEF). Une découverte qui s’est confirmée ensuite avec mon lancement dans l’entrepreneuriat qui m’a montré toutes les compétences et appétences qui sommeillaient en moi et qui ne demandaient qu’à être appelées par l’expérience / l’expérimentation.

Des compétences et appétences qui étaient bien là mais qui sommeillaient

Parce que j’ai grandi dans une famille qui vivait dans la peur, comme beaucoup de personnes dans les pays riches occidentaux. Une peur invisible au premier abord. Une peur qui te dit « attention » dès que tu te lances. Une peur qui te dit « c’est compliqué de faire ça tu sais ». Une peur qui te dit « tu ne devrais pas y aller, c’est risqué ». Une famille européenne classique, qui me surprotégeait et qui donc m’empêchait de vivre mes expériences telles que mon inconscient ou mon âme les appelaient.

j’ai compris que si je me retrouve en difficulté face à une situation, […] c’est parce que je n’avais pas encore rencontré dans ma vie l’opportunité de développer la compétence qui allait me permettre de traverser la situation.

C’est depuis que je suis devenue mère, puis en développant une activité alignée, sécurisée et épanouissante que d’année en année, je me réconcilie avec mes propres capacités d’apprentissage, que je gagne en confiance en moi et dans ce que la vie (ou la situation créée par mon inconscient) me présente. Car j’ai compris que si je me retrouve en difficulté face à une situation, ce n’est pas parce que je suis mauvaise ou « pas douée » de nature ou encore parce que j’avais « loupé le coche dans l’enfance » (et donc définitivement). Mais simplement parce que je n’avais pas encore rencontré dans ma vie l’opportunité de développer la compétence qui allait me permettre de traverser la situation.

Quel réconfort aujourd’hui de savoir que tout n’est qu’expériences et apprentissages infinis !

Quelle joie de savoir que ce sont les situations qui se présentent à toi qui te montrent sur quel aspect / compétences travailler maintenant pour avancer, franchir un cap.

Il n’y a pas de parcours linéaire à suivre dans un ordre décidé de façon arbitraire (comme à l’école). Mais seulement des enchaînements de moments qui te montrent que tu es prêt.e, que c’est mûr en toi puisque tu perçois ce sur quoi tu dois travailler à travers la situation.

Alors si tu te retrouves dans une situation inconfortable ou bloquante, rappelle-toi que ce n’est pas un hasard. C’est probablement ton inconscient / ton âme / ton Guide / ta boussole intérieure qui te pose une question :

Es-tu prêt.e à développer une nouvelle compétence pour avancer vers ce qui te fait vibrer ?

Donec libero. facilisis Curabitur non dolor. commodo tempus odio