fbpx

La marche sur Washington pour l’emploi et la liberté du 28 août 1963.

Communiquer son engagement est le meilleur moyen de fédérer avec soi des personnes qui seront impliquées dans votre collaboration. L’engagement de Martin Luther King pour les droits des populations afro-américaines et sa ferveur pour le partager est un magnifique exemple de la puissance de la communication de l’engagement !

Encore récemment, une entrepreneure me partageait sa peur :

« Je n’ose pas affirmer mes prises de positions et mes engagements dans ma communication car j’ai peur de me fermer des portes, comme par exemple communiquer sur le fait que je suis certifiée en CNV et en PNL, parce que ce sont des outils qui, même s’ils sont de plus en plus connus, sont encore marginaux dans notre société. »

Alors faut-il communiquer son engagement ?

Pour moi la réponse est oui.
Mais pas n’importe comment.

Souvent, lorsqu’on souhaite communiquer sur ses engagements et son positionnement, on croit que cela consiste à nommer dans sa communication une prise de position, des certifications, un cursus dans une technique alternative, où en se revendiquant d’un courant de pensée, en pensant que ces arguments seront suffisamment forts pour nous différencier et nous légitimer pour s’adresser aux prospects sensibles à ces arguments.

Alors oui, nommer tous ces outils et approches peuvent donner un aperçu de ta vision des choses et de ton parcours (et puis ça fait bien sur ton profil LinkedIn). Mais c’est justement en se contentant de seulement nommer ces outils que l’on risque de s’enfermer. 

Ton client va simplement comprendre que tu es un.e spécialiste de cet outil, mais cela ne l’aidera pas à savoir pourquoi il faudrait travailler avec toi plutôt qu’avec un.e autre tout aussi outillé.e. Au mieux cela attisera sa curiosité, au pire cela lui fera peur car il risque de s’arrêter à ses aprioris.

Alors comment faire pour communiquer son engagement

Et toucher les bonnes personnes, sans se tirer une balle dans le pied ?

1 – Commence par communiquer sur le “pourquoi tu fais ce que tu fais »

Et pour en trouver la force, demande-toi :

A quel monde veux-tu participer ?

Dans quoi veux-tu mettre ton énergie ?

En l’incarnant et en l’affichant dans ta communication, tu autorises ceux qui partagent ta vision à s’affirmer davantage. 

Et ils viendront ainsi comme toi, renforcer ce contre-courant pour qu’il emmène de plus en plus de personnes vers plus de coopération, d’humanité, de conscience, de respect du Vivant et de la Terre qui nous accueille.

2 – Explique ce qui devient possible grâce à toi.

Et oui, la plus forte preuve de ton engagement, c’est de le montrer par tes actes, par ce qui devient possible grâce à toi, par ce que tu apportes concrètement aux autres et à ton écosystème. 

Et ça, c’est plus fort que n’importe quel discours, outil ou certification.

Le plus important c’est la manière dont tu utilises ces outils, cette approche, cette méthode. La vraie valeur ajoutée de ton travail c’est qui tu es ! Et je pense que tu t’es déjà aperçu.e qu’au bout d’un moment, ces outils tu les as tellement intégrés qu’ils font partie de toi et tu n’as plus besoin de te cacher derrière pour te rendre légitime.

3 – Explique comment tu t’y prends pour porter cet engagement à travers ton activité

  • Première possibilité : nommer l’approche / les outils que tu utilises si le nom de ces outils / approche est un marqueur fort pour tes clients potentiels. Si tu es certifié.e en CNV et que tu souhaites l’afficher pour toucher les personnes sensibles à cet outil, fais-le dans un premier temps pour attirer l’attention. Mais ne reste pas caché.e derrière, montre-nous quelle forme cela prend dans ton travail et dans ton quotidien.

    Par exemple : le fait que je dise que l’autonomie est une notion importante dans mon approche c’est bien, mais ce qui va faire que les personnes qui le lisent vont avoir envie de travailler avec moi, c’est parce que je montre comment « l’autonomie » se traduit concrètement dans mon travail et dans ma vie.

    Alors c’est pour cela que je n’ai pas peur de communiquer sur mon choix de vie en Tiny House, parce que c’est un marqueur fort qui renforce mon positionnement autour de l’autonomie mais aussi autour des valeurs de sobriété heureuse, de liberté et de conscience écologique que je porte, et cela a pour effet de marquer les esprits de partenaires potentiels, de prescripteurs et de mes futurs clients. 


    Ainsi, à force d’oser parler de mes engagements, j’ai pris confiance. Et grâce aux réactions de mon réseau, je sais quels mots utiliser, je sais lesquels donnent envie de travailler avec moi, parce que ce sont mes nouveaux clients qui me le disent.

Je ne me contente pas de nommer mes engagements, je montre concrètement quelle place ils tiennent dans ma vie, comment ils s’incarnent dans mon quotidien et dans mon travail.

  • Deuxième possibilité : si tu hésites ou que tu n’es vraiment pas à l’aise pour nommer explicitement ces marqueurs, tu peux faire des périphrases qui te permettront d’expliquer en quoi consiste cette approche / technique sans la nommer.

    Par exemple : Noé qui est thérapeute hésitait à communiquer sur le fait qu’il souhaite tout particulièrement accompagner les personnes GSRD car il avait peur d’exclure les personnes qui ne se reconnaissent pas dans cette identité alors que son accompagnement s’adresse à tous. Pour autant il existe une grande lacune en France chez les thérapeutes dans l’accueil des diversités de genre, de sexualité et de relation des personnes. Et l’engagement de Noé, c’est de participer à combler ces lacunes.
    Alors à travers le programme Kit Visibilité, nous avons réfléchi ensemble à un slogan pour son site web qui parle de son engagement sans que cela soit enfermant et nous en sommes arrivés à “accueillir la diversité”.


    Autre exemple : lorsque j’ai créé ma communauté Facebook, je voulais y rassembler des personnes qui partagent ma vision et qui comme moi, ne se reconnaissent pas pour autant dans l’étiquette “écolo” car trop restrictive et pas du tout représentative de la vision holistique que j’utilise au quotidien et auxquels mes clients sont sensibles.
    Alors je suis simplement allée demander à ces personnes qui vibrent sur la même longueur d’onde que moi, comment est-ce qu’elles se définissaient elles-même, et j’ai pu alors mettre dans le descriptif que ce groupe s’adresse aux entrepreneurs qui veulent faire bouger le monde vers plus de coopération, d’humanité, de conscience et d’écologie.
  • Même chose pour les techniques représentatives de ton engagement, tu peux mettre en avant ce que permet la technique que tu utilises, sans forcément la nommer : 

    Par exemple : j’utilise l’écoute empathique et je me suis formée aux compétences psychosociales, mais je le formule comme ceci auprès de ma cible : j’accompagne les personnes qui cherchent quelqu’un de confiance pour traduire la raison d’être de leur activité en image, le tout dans un processus de travail fluidifié et une relation “gagnant-gagnant”.

4 – Enfin, utilise l’écholocation

Comme les chauve souris et les baleines, utilise l’écholocation pour te repérer, et voir si la manière dont tu communiques ton engagement porte ses fruits.

Que tu choisisses de l’affirmer haut et fort ou que tu le distilles subtilement dans ta communication, soit à l’écoute des réactions de ta cible. 

Si le son que te renvoi l’écholocation est juste, que cela attire des personnes qui vibrent sur la même longueur d’onde que toi, alors c’est que tu peux continuer sur cette voix.

Si l’écho est dissonant et que ce ne sont toujours pas les bonnes personnes qui te contactent, alors continu d’affiner ton message en testant d’autres approches pour communiquer ton engagement, mais surtout en allant rencontrer réellement ta cible et en apprenant à mieux la connaître.

Observe les indicateurs qui te montrent que ta communication fonctionne.

Et maintenant, lance-toi !

C’est en mettant un pied devant l’autre qu’on avance !

Alors maintenant que tu es rassuré.e sur la façon de t’y prendre, j’aimerais t’inviter à dépasser ta peur et à te lancer.

Dis-moi en commentaire ou envoie-moi un mail pour me dire :

  • Quels sont les engagements que tu souhaites communiquer, pour quoi est-ce que tu te lèves le matin ?
  • Comment vas-tu t’y prendre pour les communiquer ?

J’ai hâte de te lire !

Crédit photo : Vue de l’immense foule du Lincoln Memorial au Washington Monument, lors de la Marche sur Washington] « Négatif noir et blanc original de Warren K. Leffler. Prise le 28 août 1963, Washington DC, États-Unis (@libraryofcongress). Colorisé par Jordan J. Lloyd. Division des estampes et des photographies de la Bibliothèque du Congrès Washington, DC

non nec sit elit. suscipit odio mattis